28 février 2014

Exotisme et dépaysement à Lamu

Aujourd'hui, je plonge dans mes souvenirs d'il y a quelques années pour vous parler d'un archipel paradisiaque situé dans l'océan Indien. Loin des sentiers battus, l'archipel de Lamu possède de belles plages de sable blanc et une ambiance au charme suranné. Ignorées du tourisme de masse, ces îles où le temps semble s'être arrêté n'ont toutefois pas cessé d'attirer les voyageurs en quête de dépaysement, d'exotisme et de tranquillité. Malheureusement, ce paradis touristique se trouve menacé depuis quelques années.


Au coeur de la culture swahilie


Lamu (prononcez la-mou) se trouve au nord-est du Kenya à 100 kilomètres de la frontière somalienne. Bien avant que Lamu devienne très fréquenté à l'époque des hippies, l'archipel était une étape importante sur la route marchande entre l'Afrique et le Moyen-Orient ainsi qu'un important centre de traite des esclaves. La culture locale « swahilie » provient d'ailleurs du métissage d'influences issues des peuples africains et des marchands arabes, perses et indiens venus y commercer. Aujourd'hui, Lamu peut s'enorgueillir de posséder le patrimoine swahili le plus ancien et le mieux conservé d'Afrique de l'Est.


Dernière étape de mon voyage au Kenya


C'est suite à mon safari en camping au Kenya (suivi d'un bref séjour à Mombasa) que je me suis rendu à Lamu, persuadé que c'était l'endroit idéal pour terminer en beauté mon aventure en terre africaine. L'avion (de petits appareils turbopropulseurs seulement) demeure le meilleur moyen d'accéder à cet endroit isolé, la route pour y parvenir étant depuis longtemps réputée dangereuse en raison du risque élevé de banditisme. L'aéroport, qui n'était à l'époque qu'un simple toit de chaume, fut le premier dépaysement auquel je fus confronté (un nouveau terminal a été construit depuis).


La vieille ville de Lamu


C'est dans la vieille ville de Lamu, inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, que j'ai posé mon sac à dos pour ces derniers jours de vacances. Ma chambre avait un toit de chaume et était située au dernier étage d'une maison traditionnelle convertie en guesthouse. La brise constante venant de la mer soulevait doucement les voilages suspendus aux fenêtres ainsi que la moustiquaire qui recouvrait mon lit à baldaquin. Malgré le confort sommaire, j'avais l'impression d'être au paradis.

La vieille ville de Lamu date du XIVe siècle et n'a guère changé depuis. Malgré leur état vétuste, de nombreuses maisons traditionnelles possèdent encore de belles portes massives en bois sculptées caractéristiques de l'architecture swahilie. L'absence de véhicule motorisé s'explique par l'étroitesse des ruelles poussiéreuses (pour ne pas dire crasseuses par endroit) où les ânes circulent librement. Il y aurait plus de 3000 ânes à Lamu, certains étant utilisés pour se déplacer ou comme bêtes de somme. Il y a même un sanctuaire pour les ânes où ceux-ci reçoivent les soins appropriés. La population étant musulmane, on croise quelques hommes avec la longue djellaba blanche et le petit kofia (bonnet) blanc, et beaucoup de femmes vêtues de leurs longues niqabs noires.


Plages, baobabs, mangroves et boutres traditionnels


Un sentier longeant le rivage permet de rejoindre en 40 minutes le village de Shela, très prisé des occidentaux. Au-delà s'étend la plage déserte de Shela, sans doute la plus belle de tout l'archipel, longue de plusieurs kilomètres et faisant face à l'océan. L'île de Manda, située juste en face de l'île de Lamu, possède également une belle plage sauvage où quelques vaches nonchalantes viennent flâner à l'occasion. De majestueux baobabs (ces arbres africains qui semblent avoir été plantés les racines en l'air) trônent fièrement à proximité de la plage. Une belle façon d'explorer les environs est de monter à bord d'un boutre, ce petit bateau en bois muni d'une voile triangulaire. Typiques de la région, les boutres font partie du charme de Lamu. Une excursion en boutre jusqu'à l'île de Manda et dans les mangroves juste avant le coucher du soleil demeure une expérience inoubliable.

C'est en revenant vers l'île de Lamu lors d'un magnifique coucher de soleil, bercé par les vagues et occupé à observer mon batelier manoeuvrer la voile avec habileté, que prit fin mon séjour en terre africaine.


Vieille ville de Lamu au Kenya


Île de Manda (archipel de Lamu) au Kenya



Malheureusement, l'insécurité s'est aggravée au cours des dernières années en raison de la guerre civile en Somalie. D'ailleurs, des touristes ont récemment été enlevés et tués. Le groupe d'insurgés islamistes somaliens connu sous le nom de « Shebab », celui-là même qui a revendiqué l'attaque du 22 septembre 2013 contre le centre commercial Westgate à Nairobi, en est en grande partie responsable. En ce moment, le Canada et la France déconseillent tout voyage dans l'archipel de Lamu.




Agrandir le plan



Vous aimerez peut-être aussi : 

Souvenirs d'un safari en Afrique
Le jour où je me suis fait harceler à Mombasa