11 juin 2018

Sous le soleil de la Martinique

Champs de canne à sucre en Martinique

Pour moi, la Martinique c'est des petits villages qui ont conservé tout leur charme. Parmi mes préférés, le village de Sainte-Luce, mais aussi celui de Sainte-Anne. C'est des plages au sable doré, une mer turquoise, des paysages montagneux, une végétation luxuriante, des fleurs par milliers, des bananeraies et des champs de canne à sucre. Et du rhum, bien entendu !

C'est aussi des gens souriants et accueillants qui sont fiers de leurs origines. Je n'ai qu'à penser à Valérie du restaurant Le Panier à Salade, à Haouaria et Hervé du restaurant Le Ti Ste-Luce ou encore à tous ces Martiniquais que j'ai croisés ici et là pour m'en convaincre.

Voilà maintenant un mois que je suis revenu de la Martinique et tout ça me manque déjà. Après y être allés pour une seule semaine l'an passé, Serge et moi y sommes retournés quinze jours cette fois-ci. Car si une semaine suffit pour couvrir l'essentiel, deux semaines et plus permettent de mieux en profiter pleinement et de s'imprégner davantage du rythme antillais.

Mais pourquoi vouloir retourner en Martinique, me direz-vous ? À part les raisons que je viens d'énumérer, tout simplement parce que ce sont des vacances agréables et faciles ! En effet, même si je roule ma bosse aux quatre coins du monde depuis plusieurs années, il m'arrive parfois de vouloir m'évader au soleil sans trop me casser la tête mais sans pour autant me retrouver dans un tout inclus. Or, mis à part le Club Med Les Boucaniers, la Martinique est une destination qui s'adresse d'abord et avant tout aux voyageurs indépendants qui sont avides de découverte et de liberté. Étant une île française, on y parle bien entendu la langue de Molière (j'avoue que ça fait du bien parfois de pouvoir converser dans sa langue natale). De plus, le niveau d'hygiène est comparable à ce que l'on trouve au Québec ou en France et la bouffe est excellente. Enfin, les routes sont en bon état et on peut y conduire sans problème. Bref, c'est un peu la France au milieu des Caraïbes, à seulement 5 heures de vol (direct) depuis Montréal, le décalage horaire en moins !

Mais revenons sur mon récent séjour là-bas. Chaque matin, mes journées commençaient par une petite promenade à pied jusqu'au village de Sainte-Luce le long du sentier du littoral. Après un passage à la petite épicerie et un saut à la boulangerie-pâtisserie (où je devais me retenir pour ne pas tout acheter), j'allais prendre mon petit café au lait sur la terrasse du Chiche, face à la mer et entouré des locaux. Un moment que j'adorais tout particulièrement !


Plage de Gros-Raisin à Sainte-Luce
La vue que j'avais chaque matin en marchant jusqu'au village.



Cette année, le voyage avait un caractère bien spécial puisque des membres de ma belle-famille ainsi que des amis étaient avec nous. Des amis du Québec mais aussi de Strasbourg en France. Un beau groupe de 15 personnes ravies de se retrouver en Martinique !


Notre groupe sur la plage pour l'apéro
Notre groupe lors d'un apéro sur la plage



Bien sûr, Serge et moi avons revisité certains endroits qu'on avait aimés l'année précédente (voir mon article sur les 10 lieux incontournables en Martinique), mais on a aussi découvert d'autres coins intéressants comme ces deux superbes points de vue accessibles en voiture : le morne Gommier et le morne des Cadets. Le premier offre une vue à couper le souffle à 360° sur tout le littoral sud de l'île alors que le deuxième, où se trouve l'observatoire volcanologique et sismologique de la Martinique, offre un panorama tout aussi grandiose mais fort différent sur les pitons du Carbet et le volcan de la montagne Pelée.


Vue sur le littoral sud depuis le morne Gommier
Vue sur Sainte-Luce et Le Diamant du haut du morne Gommier


La montagne Pelée
La montagne Pelée depuis l'observatoire du morne des Cadets



On a aussi fait une partie de la randonnée en forêt tropicale humide le long du canal de Beauregard, dit également canal des Esclaves en raison des pierres transportées à dos d'hommes pendant sa construction. En fait, on a dû rebrousser chemin après un certain temps en raison des averses et surtout des risques d'éboulis (suite aux avertissements des locaux). Dommage !


Le long du canal de Beauregard
Rando le long du canal de Beauregard



Chose certaine, il y a autant, sinon plus, à faire et à voir dans l'intérieur de l'île qu'à proximité de la mer (randonnées en forêt, ascension du volcan, villages fleuris, marchés, musées, jardins exotiques, distilleries, habitations historiques, etc.). La location d'une voiture est donc essentielle afin d'explorer l'île !


L'intérieur de la forêt tropicale humide
La forêt tropicale humide de l'intérieur de l'île


La cascade Saut du Gendarme
La cascade Saut du Gendarme


Bananeraie
Bananeraie


Champs de canne à sucre
Champs de canne à sucre


Maison aux Trois-Ilets
Maison aux Trois-Îlets


Dans la ville martyre de Saint-Pierre, le musée volcanologique Franck Perret (que l'on avait manqué l'an passé) nous a franchement déçus autant par son contenu qu'en raison du manque d'entretien flagrant. En revanche, l'écomusée de la Martinique, situé sur la plage de l'anse Figuier, nous a enchantés. Bien fait et fort intéressant, je vous conseille d'opter pour celui-ci si vous prévoyez de ne visiter qu'un seul musée en Martinique.

Évidemment, je ne peux passer sous silence les fameuses algues sargasses dont vous avez peut-être entendues parler. Elles dérivent en masses gigantesques, poussées par les courants marins et les vents, avant de venir s'échouer sur les côtes. Un véritable cauchemar pour toute la région caraïbe. En Martinique, où le phénomène demeure préoccupant, la côte Atlantique demeure la plus durement affectée avec des plages complètement ensevelies sous les algues qui dégagent des odeurs d'oeufs pourris. Même la réputée plage des Grandes Salines (pourtant magnifique l'an passé) a perdu un peu de son lustre avec des algues présentes dans l'eau qui rendent la baignade désagréable.

Heureusement, plusieurs plages restent épargnées et demeurent paradisiaques.Cette année, on a particulièrement apprécié la plage de l'anse Figuier mais également la plage de l'anse Dufour à cause de ses tortues facilement observables en snorkeling.


Plage de l'anse Figuier
La plage de l'anse Figuier, une de mes préférées



Les plages sont justement un très bon endroit pour rencontrer les Martiniquais, particulièrement le dimanche ou lors des jours fériés. À cette occasion, ils s'y rassemblent en famille ou entre amis. À l'ombre des cocotiers, des tables débordent de nourriture et de bouteilles de rhum. Ça sent bon le BBQ et ça danse sur de la musique zouk dans une ambiance très festive.

Cette année encore, nous avons choisi les Créolines, une petite résidence hôtelière située à Sainte-Luce. Composée de petits studios (tous avec terrasse et cuisinette extérieure) et dotée d'une piscine, c'est devenu en quelque sorte notre "chez-soi" en Martinique. Cette année, les propriétaires Nicola et Dominique nous avaient donné accès à une cuisine et une terrasse communes afin que notre groupe puisse s'y réunir. C'était juste parfait !

Ce qui est surprenant, c'est que même après deux séjours dans cette île qui est relativement petite (1128 km²), je constate qu'il me reste encore des choses à découvrir et à explorer. Vous savez, il y a des destinations comme ça où d'une fois à l'autre on se dit qu'on va revenir. Et bien la Martinique en est une !


Et vous, quand viendrez-vous en Martinique ?