4 novembre 2013

Le Colisée de Rome


De tous les monuments de Rome, le Colisée est celui qui m'a le plus impressionné (j'étais à Rome du 12 au 19 octobre dernier). En dépit d'une dégradation visible, le plus grand bâtiment jamais construit sous l'empire romain se dresse fièrement au coeur de la Ville Éternelle. Imaginez pouvoir circuler librement (ou presque) à l'intérieur d'un bâtiment vieux de près de 2 000 ans.


Un chef-d'oeuvre de l'architecture romaine

Le Colisée était un immense amphithéâtre destiné aux spectacles. Sa construction fut entreprise en l'an 72 après J.-C. par l'empereur Vespasien et dura dix ans.

Fait de blocs de pierre, de briques et de marbre, le bâtiment d'une hauteur de 50 mètres (une dizaine d'étages) avait 80 portes d'entrée et pouvait accueillir entre 50 000 et 70 000 spectateurs. Au sommet, 240 mâts permettaient l'installation d'une toile pour protéger le public contre le soleil et les intempéries.

L'arène était faite d'un plancher de bois recouvert de sable (afin de mieux absorber le sang, pense-t-on !). Sous l'arène, des tunnels servaient de voies d'accès aux gladiateurs, mais aussi aux armes, aux décors et aux animaux que l'on hissait par la suite dans l'arène au moyen de trappes et de monte-charges.


Jeux barbares et cruels

Les spectacles, ou plutôt les jeux, qui se déroulaient au Colisée étaient offerts gratuitement par l'empereur ou par des personnalités importantes.

Outre les reconstitutions de batailles, dont des batailles navales dans une arène inondée, il y avait bien-entendu les célèbres combats de gladiateurs qui se terminaient parfois par la mort du vaincu.

De nombreux animaux sauvages et exotiques y ont été sacrifiés. Ceux-ci étaient amenés dans l'arène pour des combats ou tout simplement pour la chasse. On allait même jusqu'à reproduire leur habitat naturel en utilisant de vrais arbres que l'on plantait dans le sable. Parfois aussi, on jetait des condamnés à mort au milieu de l'arène remplie de fauves affamés.

Certains jeux n'étaient pas une mince affaire. Ainsi, en 80 après J.-C., l'empereur Titus fit tuer 9 000 animaux pendant les 100 jours que dura l'inauguration du Colisée. Par ailleurs, pour célébrer ses victoires, l'empereur Trajan eut recours à 11 000 animaux et 10 000 gladiateurs lors de jeux qui durèrent 123 jours.


Abandon, pillage et séismes

Les jeux cessèrent définitivement au 6e siècle. Le Colisée fut par la suite laissé à l'abandon et sérieusement pillé. Le marbre, mais aussi la pierre, le fer et le bronze (sous forme d'agrafes pour consolider les pierres) furent récupérés pour la construction d'autres édifices à Rome (dont la basilique Saint-Pierre !).

De nombreux tremblements de terre ont aussi sérieusement endommagé le Colisée, entraînant entre autres l'effondrement d'une partie du mur extérieur. À partir du 19e siècle, des travaux ont finalement été entrepris afin de stabiliser la structure et la rendre accessible aux touristes.


L'origine du nom de Colisée

Pendant les 500 ans que durèrent les jeux, le monument était connu sous le nom d'amphithéâtre Flavien, du nom de la dynastie dont était issu l'empereur Vespasien. Ce n'est qu'à partir du 8e siècle qu'on commença à utiliser le nom de Colisée (Colosseum) en référence à une statue (le colosse de Néron) qui était située à proximité.


*****


Si déjà le monument est impressionnant vu de l'extérieur, c'est toutefois en pénétrant à l'intérieur que l'on saisit davantage les dimensions « colossales » du bâtiment.

En me baladant, je pouvais imaginer les combats sanglants tout en bas dans l'arène et j'arrivais presque à entendre les hurlements de la foule enthousiaste...

Je vous laisse découvrir le Colisée en photos...


 L'extérieur 
L'extérieur du Colisée de Rome
À gauche, remarquez la partie encore existante du mur extérieur. Les contreforts (visibles aux extrémités sur chacun des quatre niveaux ) ont été ajoutés entre 1805 et 1827 pour consolider la structure. 
© Mario Dubé

L'extérieur du Colisée de Rome - détail du mur intérieur
Ici, on voit le mur intérieur (le mur extérieur s'étant effondré de ce côté-ci du Colisée). Remarquez les nombreux trous qui témoignent du pillage du bâtiment après son abandon (revêtements en marbre et agrafes de métal ont été retirés pour être réutilisés sur d'autres édifices). 
© Mario Dubé

L'extérieur du Colisée de Rome - le mur extérieur
Une partie du mur extérieur toujours debout. Autrefois, des statues occupaient chacune des niches aux deuxième et troisième niveaux.  
© Mario Dubé


 L'intérieur 
L'intérieur du Colisée de Rome (1)
© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (2)
© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (3)
© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (4)
© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (5)
© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (6)
Remarquez les gradins qui sont toujours visibles  © Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (7)
On peut voir le réseau de tunnels qui étaient situés sous l'arène (remarquez la partie "reconstituée" du plancher de l'arène à l'arrière).© Mario Dubé

L'intérieur du Colisée de Rome (8)
Les tunnels situés sous l'arène étaient sur deux niveaux.© Mario Dubé

Vue sur le Forum romain depuis l'intérieur du Colisée de Rome
© Mario Dubé


L'intérieur du Colisée de Rome (10)
© Mario Dubé


Informations pratiques :

  • L'entrée au Colisée est de 12 €. Il s'agit d'un billet combiné valide pour 2 jours consécutifs et qui donne droit à une entrée au Colisée et une entrée au Forum romain + Palatin.
  • Des audio-guides en français sont disponibles au coût de 5,50 € (c'est l'option que j'ai privilégiée).
  • La visite du Colisée prend environ 45 à 60 minutes.
  • Le mieux est de s'y rendre très tôt (ouverture à 8h30 le matin) afin d'éviter les longues queues et la foule.


Vous aimerez peut-être également :
Manger à l'italienne à Rome