9 mars 2013

Mes impressions sur le Myanmar (Birmanie)


____________________________________________________________________________________________

Myanmar ou Birmanie ?

On utilise indistinctement les deux noms pour parler d'un seul et même pays. Le nom officiel dans la langue du pays est Myanmar (forme littéraire) ou Bamar (forme plus familière). Le nom de "Birmanie" était utilisé à l'époque coloniale britannique et proviendrait du nom anglais Burma qui lui-même proviendrait du nom Bamar cité plus haut. En 1989, la junte militaire a changé le nom pour Myanmar, mais ceci ne fait toujours pas l'unanimité au sein de la planète. (références : Lonely Planet et Wikipédia)

____________________________________________________________________________________________


Je reviens d'un court séjour au Myanmar, où j'allais pour la première fois. Voici quelques brèves impressions et observations personnelles à propos de ce pays d'Asie du Sud-Est.

Y aller ou ne pas y aller ?

Pour ceux qui l'ignorent, le Myanmar a été dirigé par des dictatures militaires sans pitié au cours des 50 dernières années. Violations des droits de l'homme, travail forcé et répression ont amené de nombreux pays et organisations internationales à sanctionner le Myanmar jusqu'à tout récemment. Bien que la junte militaire ne soit plus au pouvoir officiellement, dans les faits rien n'est encore certain... Par ailleurs, près de 2000 prisonniers politiques seraient toujours détenus.

La décision de visiter le Myanmar revient à chacun. Toutes les raisons sont bonnes pour y aller ou ne pas y aller. Pour ma part, je pense que le tourisme peut contribuer à créer des emplois et à accélérer l'ouverture du pays, profitant ainsi à la population. Bien-entendu, il est difficile de visiter le Myanmar sans contribuer au financement du régime en place, mais en faisant des choix responsables, par exemple en choisissant un petit hôtel privé plutôt qu'un hôtel géré par le gouvernement, ou encore en voyageant de façon indépendante plutôt qu'en groupe organisé, il est possible de faire en sorte que l'argent provenant du tourisme aille directement dans les poches de la population.

La pollution

Cela m'a semblé pire que dans les autres pays du sud-est asiatique. Il y a d'abord tous ces sacs plastiques, bouteilles, papiers et autres déchets qui salissent le paysage. Oui, c'est sale. Il faut comprendre que bien d'autres problèmes doivent être réglés dans ce pays avant qu'une conscience écologique puisse émerger. Puis il y a la pollution atmosphérique causée par la circulation automobile (dans les villes), la poussière et l'utilisation du bois et du charbon comme combustible (pour cuisiner). Le pays entier est très poussiéreux. Dans la ville de Mandalay, entre autres, le soir venu, les lampadaires et les phares automobiles laissent apercevoir la poussière en suspension dans l'air tel un léger brouillard.

Le manque d'hygiène

La question de l'hygiène est préoccupante au Myanmar. De tous mes voyages en Asie, je n'ai jamais eu le moindre problème de santé et de digestion. Or, nous étions quatre à voyager ensemble et malgré les précautions d'usage nous avons tous eu des problèmes gastro-intestinaux plus ou moins sévères pendant presque toute la durée de notre séjour.

Les coupures d'électricité

Elles sont fréquentes et peuvent survenir à tout moment. Je dirais même que cela fait partie du quotidien. Toutefois, la majorité des hôtels, des restaurants et des commerces possèdent de grosses génératrices (souvent situées en façade sur rue) pour parer à de telles éventualités. La rue est alors bruyante lorsque ces grosses machines sont en opération.

Internet

Étonnamment, j'ai eu accès à Internet (Wi-Fi) dans tous les guesthouses et petits hôtels où j'ai logé (avec une vitesse de connexion convenable). Cela ne semble toutefois pas être le cas pour tous puisque j'ai rencontré des voyageurs qui éprouvaient des problèmes à se connecter ou à trouver un réseau Wi-Fi. Les sites comme Facebook et Twitter n'étaient pas bloqués.

Les transports

Les déplacements entre les villes se font lentement et requièrent beaucoup de temps. Malgré que nous avions un bus climatisé moderne et confortable, il nous a fallu 10 heures pour parcourir les 650 km séparant Yangon de Bagan. Beaucoup de bus roulent uniquement la nuit, mais du moins il y a maintenant un bus de jour reliant Yangon à Bagan (à notre grand soulagement - départ de Yangon à 08h00 et arrivée à Bagan à 18h00). Pour les courtes distances, nous avons utilisé des taxis bringuebalants, des carrioles tirées par des chevaux, des pick-up (où nous étions assis dans la boîte à l'arrière), des motos et des vélos. Bien que ce ne soit pas une pratique courante et qu'il puisse être difficile de trouver un loueur, la location de moto est possible notamment à Mandalay. Nous avons pu en louer directement à notre hôtel.

Question d'argent

Il est toujours indispensable d'entrer au pays avec de l'argent liquide en quantité suffisante pour couvrir toute la durée de son séjour. Les cartes de crédit ne sont pas acceptées et jusqu'à tout dernièrement il était impossible pour un étranger d'obtenir de l'argent d'une quelconque façon que ce soit. Toutefois, les choses changent rapidement au Myanmar et il semblerait qu'il y ait maintenant quelques guichets automatiques qui fonctionnent pour les étrangers. Cependant, je n'ai pu vérifier cette information.

La seule devise toujours acceptée est le dollar américain (et l'euro dans une moindre mesure) que l'on peut ensuite changer pour la monnaie locale, le kyat. Officiellement, seuls les billets neufs sont acceptés. Dans les faits, les billets doivent être neufs en apparence, c'est à dire sans déchirure, sans coupure et sans pli. Au bureau de change de l'aéroport de Yangon, cette exigence m'a semblé moins rigoureuse, mais ailleurs il m'est arrivé que mes billets soient examinés attentivement sur les deux faces.

Les kyats servent à payer les restaurants, les petits achats quotidiens et les billets de bus entre les villes. Certains hôtels et guesthouses se paient uniquement en dollars américains. Pour ma part, j'ai eu le meilleur taux à l'aéroport de Yangon à l'arrivée (855 kyats pour US $1 en date du 13 février 2013). Ce taux s'appliquait aux coupures de US $100, les autres coupures ayant des taux moins avantageux.

Un pays fascinant malgré tout

En dépit des désagréments énumérés, le Myanmar est un pays fascinant, authentique et déroutant. C'est aussi l'un des plus sécuritaires en Asie. J'ai été étonné de voir à quel point tout ici se fait encore à la main, du labour des champs à la réfection des routes. À certains endroits, le pays réserve de beaux paysages. La région de Bagan est superbe et demeure selon moi l'incontournable de tout voyage au Myanmar.  Partout, les gens sont sympathiques, accueillants et souriants. À mon avis, c'est le bon moment pour y aller, avant qu'il n'y ait trop de touristes et que les prix grimpent encore plus.



Bagan au coucher du soleil - Photo Mario Dubé

Des enfants se sont prêtés au jeu de la caméra à Bagan - Photo Mario Dubé


Vous aimerez peut-être aussi : Carte postale de Yangon ,Bagan, la ville aux 4000 temples , La nostalgie du Myanmar (avec vidéos) , Mandalay à moto .