2 octobre 2013

L'effet du prix du carburant sur les billets d'avion


Lorsque j'ai commencé à travailler dans le domaine du voyage il y a une vingtaine d'années, je me souviens très bien que le montant des taxes sur les billets d'avion était négligeable. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. Il n'est d'ailleurs pas rare que les taxes soient maintenant plus élevées que le tarif de base. Qu'est-ce qui a changé ? Détails de la situation et explications.



Les faits

Prenons pour exemple un tarif aller-retour Montréal-Paris-Montréal en vol direct pour un voyage en mai 2014 avec un transporteur régulier international. Le prix annoncé de 905 $ se décompose ainsi : 300 $ pour le tarif de base et 605 $ de taxes et de surcharges (rien de moins !).

Autre exemple, le tarif aller-retour Paris-Montréal-Paris annoncé au prix de 694 € correspond au tarif de base de 308 € plus 386 € de taxes et de surcharges.

Sur les vols transatlantiques, il n'est pas rare que les taxes comptent pour 55 % à 65 % du prix total du billet d'avion



La principale cause

Pourquoi les taxes sont-elles aussi élevées ? Cette situation est imputable à la flambée du prix du carburant. Vous n'êtes certainement pas sans remarquer la hausse continuelle du prix de l'essence à la pompe, alors imaginez l'impact que cela représente pour un avion gros-porteur qui doit franchir l'océan ! Si les compagnies pétrolières ne font pas de faveurs aux automobilistes, elles n'en font pas davantage aux compagnies aériennes.
Photo de Victor Habbick/FreeDigitalPhotos.net

Le prix du carburant est passé de 35 $ en 2003 à 127 $ en 2013¹
($ US/baril)

Selon une étude publiée en 2010¹, le carburant représentait environ 32 % des coûts opérationnels des grandes compagnies aériennes mondiales pour l'année 2008 (contre 13 % en 2001). Pour celles-ci, cela représente la dépense la plus importante (plus encore que le coût de la main-d'oeuvre).

Le carburant est la principale dépense reliée aux coûts opérationnels pour un transporteur aérien¹

En réponse à cette flambée du prix du carburant, les compagnies aériennes ont eu recours à diverses solutions, dont entre autres :

  • Se tourner vers des appareils qui consomment moins de carburant
  • L'ajout d'une surcharge de carburant (généralement sous forme de taxe)
  • L'introduction de frais additionnels (bagages, sélection de sièges, repas en vol, etc.)

La surcharge de carburant explique le montant élevé des taxes sur les billets d'avion



La hausse graduelle des taxes

Le tableau suivant reflète l'évolution de la surcharge de carburant et des taxes en général sur la liaison Montréal-Paris au cours des 5 dernières années. Les montants sont ceux qui prévalaient au mois de septembre de chaque année.



Sur la liaison Montréal-Paris, les taxes ont augmenté de 10 % en moyenne par année au cours des 5 dernières années



Une tendance généralisée

Bien que les chiffres varient selon les marchés, les zones géographiques et la distance parcourue, la hausse de la surcharge de carburant est une tendance qui s'observe sur tous les vols long-courriers dans le monde. Quelques recherches sur des comparateurs de vols vous permettront d'en faire le constat. (À noter que certains transporteurs incluent pafois la surcharge de carburant dans le prix de base.)



En conclusion, le billet d'avion coûte-t-il plus cher qu'il y a 5 ou 10 ans ?

Pas nécessairement. Dans certains cas, les transporteurs ont réduit leurs tarifs de base pour compenser l'explosion des taxes. Néanmoins, de façon générale, je serais tenté de répondre par l'affirmative. Car si auparavant on pouvait facilement traverser l'Atlantique en basse saison pour environ 700 $, aujourd'hui c'est plutôt l'exception alors que le tarif le plus bas se situe davantage autour de 900 $ ou 1000 $. Bien-entendu, avec un peu de flexibilité, on peut toujours tomber sur une aubaine à l'occasion.


¹ IATA (Association internationale du transport aérien), www.iata.org


Qu'en pensez-vous ? Trouvez-vous insensé qu'il y ait autant de taxes sur un billet d'avion ?




Vous aimerez peut-être aussi :
Ces taxes qui font grimper le prix d'un billet d'avion (mars 2012)