3 septembre 2013

Koh Lanta, une île belle et tranquille


Koh Lanta. Je ne parle pas de l'émission de téléréalité, mais de l'île thaïlandaise posée sur les eaux émeraude de la mer d'Andaman. Une île agréable et calme, presque sauvage à certains endroits, qui contraste avec Phuket, sa voisine. On y vient d'abord pour les plages, mais le reste de l'île est tout aussi intéressant à explorer. De quoi combler tous les goûts et tous les âges.

J'y étais en février dernier avec mon copain et un couple d'amis. C'est sur cette île que nous avons terminé notre voyage en Birmanie et en Thaïlande.


Un développement touristique contrôlé

Ce sont des gitans de la mer qui s'installèrent les premiers sur l'île il y a 500 ans (leurs descendants y sont toujours), suivis de musulmans (qui représentent aujourd'hui la majorité de la population) et de chinois.

Depuis les années 80 où les « backpackers » ont commencé à fréquenter l'île, le développement touristique se fait avec modération. Mis à part quelques complexes plus luxueux, l'essentiel de l'hébergement se compose de petits bungalows de plage tenus par des familles.


Une plage bohème

C'est depuis le village de Ban Saladan, là où convergent tous les bateaux, que l'on rejoint la plage de son choix au moyen d'un tuk tuk (des pick-up convertis en taxis). Notre destination était la plage de Klong Khong, une des plages les plus calmes et « cool » de l'île.

Trois kilomètres de sable offrant de modestes bungalows et des bars de plage hyper-décontractés dotés de terrasses en bois où l'on peut s'allonger sur des coussins, un cocktail à la main, pour contempler la mer. Et surtout, aucune chaise de plastique ni parasol multicolore ne vient gâcher le cadre naturel de cette plage. Ambiance bohème assurée. On y croise des jeunes voyageurs solitaires, des couples et des familles, mais aussi quelques hippies et rastas...

Pour terminer ce périple en Asie, le Coco Lanta Resort fut presque parfait. Un complexe écoresponsable avec de jolis petits bungalows confortables, un bar de plage sympathique (offrant de délicieux cocktails ainsi que des plats cuisinés à partir de produits organiques), une piscine et quelques tables de massage disposées sur une terrasse ombragée en bordure de la plage. Que demander de mieux !

Plage de Klong Khong à Koh Lanta
Plage de Klong Khong (vers le nord)  © Mario Dubé
Plage devant le Coco Lanta Resort à Koh Lanta
Plage de Klong Khong (vers le sud)  © Mario Dubé
La clarté de la mer à Koh Lanta
La clarté de l'eau  © Mario Dubé
Hamac à Koh Lanta
Elle est pas belle la vie ?  © Mario Dubé
Bar de plage au Coco Lanta Resort à Koh Lanta
Je le répète. Elle est pas belle la vie ?  © Mario Dubé


Une plage moins belle à marée basse

Aussi belle soit-elle, le seul hic, c'est que la plage de Klong Khong est peu baignable. Des rochers et des coraux se trouvent dissimulés sous la surface, à quelques pieds seulement du rivage. Tellement qu'à marée basse, coïncidant avec le coucher de soleil, la plage se transforme en un désert irréel et inhospitalier aux allures de paysage lunaire.

Plage de Klong Khong à marée basse
À marée basse, la plage de Klong Khong est beaucoup moins idyllique  © Mario Dubé


Découvrir l'île en scooter

Nous étions impatients de découvrir l'île en deux-roues motorisé. Koh Lanta s'y prête très bien. Pas trop grande (30 km de long par 6 km de large) ni trop montagneuse. De plus, les routes sont très peu achalandées. L'île est très rurale, les paysages sont magnifiques et la végétation est luxuriante. Pour commencer, nous décidons d'aller rejoindre la côte est, parfaite pour observer la vie locale.

Poste d'essence à Koh Lanta
Sur le bord de la route, l'essence est vendue dans des bouteilles d'un litre  © Mario Dubé


Lanta Town

La vieille ville de Lanta Town, ancien port de l'île, est une étape très agréable sur la côte est. L'unique rue commerciale, somme toute très calme, est bordée de jolies maisons de bois aux influences chinoises. De nombreux restaurants sur pilotis ont des terrasses à l'arrière construites directement au-dessus de la mer (pour une vue d'ensemble, rendez-vous au bout de la jetée située au sud de la ville). Pour nous, c'est l'occasion d'y faire une pause rafraîchissante. Reposés, nous partons ensuite flâner dans les boutiques. Pour un souvenir original (quoique un peu dispendieux) et une belle façon de contribuer au tourisme équitable, ne manquez pas la « Hammock House » où l'on trouve une grande variété de hamacs tissés à la main par des tribus locales.

La rue commerciale de Lanta Town à Koh Lanta
La sympathique rue commerciale de Lanta Town  © Mario Dubé
Pause dans un restaurant sur pilotis à Koh Lanta
Pause rafraîchissante dans un restaurant sur pilotis  © Mario Dubé
Étalage de fruits exotiques dans un marché à Koh Lanta
Étalage de fruits exotiques au marché  © Mario Dubé
Maisons sur pilotis à Lanta Town, Koh Lanta
De la jetée, on aperçoit les maisons et restaurants construits sur pilotis  © Mario Dubé


Plages et camp d'éléphant

De retour sur la côte ouest, nous avons comme but d'aller voir une chute d'eau située juste avant le parc national qui se trouve à la pointe sud de l'île. En chemin, nous découvrons la plage de Klong Nin qui a l'air bien sympathique et un peu plus animée. Pour moi, l'occasion d'y faire trempette était trop belle. Ici, pas de roches ni de coraux. Que du sable (nous reviendrons passer la journée ici le lendemain)...

Nous continuons notre chemin. La balade est agréable. Arrivés à destination, nous devons nous garer à proximité d'un camp d'éléphants et continuer à pied (30 minutes de marche nous dit-on). Des camps d'éléphants, il y en a quelques-uns à Koh Lanta. Généralement, je n'aime pas trop tout le cirque qui s'y rattache pour plaire aux touristes, mais celui-ci a l'air plutôt bien.

Les mahouts (maîtres des éléphants) vivent ici dans la forêt, dans des habitations précaires, avec leur famille et leurs mastodontes (il y a aussi deux éléphanteaux). Des enfants jouent librement entre les bêtes. On nous laisse nous approcher (les mahouts ne semblent pas s'en soucier). Un gros mâle semble apprécier notre présence. Il me taquine avec sa trompe et me regarde droit dans les yeux. Je souris. Il semble sourir également. J'ai l'impression qu'un lien s'établit. Malgré leur taille, ces animaux sont fort attachants...

Le ciel devenant de plus en plus menaçant, nous ne verrons jamais la chute...

Éléphant à Koh Lanta
Un petit taquin celui-là...  © Mario Dubé
Une plage au sud de l'île sous un ciel orageux  © Mario Dubé


Apéro massage

Nous voilà de retour au Coco Lanta Resort, juste à temps pour éviter le plus fort de l'averse. Mais les nuages se dissipent rapidement, laissant place encore une fois au magnifique spectacle du coucher de soleil sur la mer. Bien installés sur des matelas et des coussins posés sur la terrasse, une bière ou un cocktail à la main, nous sommes aux premières loges. Puis c'est l'heure du massage. Une belle façon de terminer la journée à Koh Lanta !

Coucher de soleil à Koh Lanta  © Mario Dubé


Une île agréable

J'ai bien aimé Koh Lanta. Pour ses plages, sa végétation luxuriante et la possibilité d'y faire de belles balades à scooter. Mais surtout pour son ambiance, sa tranquillité et son authenticité. À mon avis, Koh Lanta est un bon compromis pour ceux qui veulent éviter les îles plus touristiques et animées de la région. Mais trois jours, ce n'est pas assez... Il faudra que je revienne à nouveau...

Palmiers à Koh Lanta
© Mario Dubé


Petit guide rapide des plages de Koh Lanta (du nord au sud)


  • Klong Dao est la plage (familiale) la plus exploitée et la plus achalandée
  • Long Beach est une belle grande plage bien pourvue en services (restos, commerces) et somme toute assez tranquille.
  • Klong Khong est une belle plage tranquille mais il y a beaucoup de roches et de coraux. Les services (restos,commerces) sont peu nombreux.
  • Kong Nin est une belle plage sympathique et décontractée bien pouvue en services (restos,commerces). Un bon choix si l'on veut explorer l'île.
  • Au-delà de la baie de Ba Kantiang se trouvent d'autres petites plages sauvages, très tranquilles et isolées.


Pour plus d'informations : Koh Lanta Pocket Guide


Vous aimerez peut-être aussi :

Railay : entre mer et montagne
Le paradis est à Krabi
Phuket : le traumatisme post-tsunami toujours présent