28 mars 2016

Randonnée dans les rizières en terrasses du Dos du Dragon

Rizières en terrasses près de Dazhai

Lors de mon dernier voyage en Chine, je suis allé voir les rizières en terrasses du Dos du Dragon qui sont réputées être parmi les plus belles et les plus spectaculaires du pays, voire du monde entier. Et malgré le temps peu favorable, je peux vous dire qu'elles méritent amplement tous les superlatifs qu'on leur attribue.



Une petite Suisse chinoise

Ces rizières en terrasses sont situées dans le district autonome de Longsheng, à environ deux heures de route de Guilin, dans le sud de la Chine. Vous entendrez aussi parler des terrasses de riz de Longsheng ou de Longji (ce dernier mot signifiant littéralement "dos du dragon"), deux autres noms qui sont utilisés pour faire référence aux rizières en terrasses du Dos du Dragon. Ce nom leur aurait été donné du fait que le paysage ainsi sculpté par l'homme depuis des centaines d'années évoquerait (avec un peu d'imagination tout de même !) la colonne vertébrale d'un dragon...

Ce n'est qu'après avoir franchi le village de Heping et après avoir payé le droit d'entrée de 100 yuans par personne (la région est une zone protégée) que l'on prend conscience de toute la beauté des lieux. Les montagnes s'élèvent à plus de 1200 mètres de chaque côté de la rivière aux eaux cristallines qui serpente au fond de la vallée. Dans ce décor de carte postale, de nombreux villages de minorités, avec leurs jolies maisons en bois, s'accrochent aux versants abrupts et semblent défier les lois de la gravité.

Le village de Ping'an
 Le village de Ping'an disparaissant sous le brouillard

Le village de Tiantouzhai
Le village de Tiantouzhai

Village de Dazhai
Le village de Dazhai

Le village de Ping'an

La route en lacets qui monte jusqu'au village de Ping'an où nous avons choisi de dormir est vertigineuse et nous fait réaliser à quel point le terrain est accidenté. L'eau ruisselle de partout sous forme de filets d'eau ou de mini-cascades le long des parois rocheuses. Nous apprendrons par la suite qu'il a beaucoup plu ces derniers jours et nous verrons aussi quelques éboulis de roches bloquant partiellement la chaussée. Dans cette région montagneuse et relativement isolée, il suffirait qu'un glissement de terrain emporte une partie de la route pour que nous soyons bloqués ici pour plusieurs jours !

Comme la plupart des villages de minorités des environs, le village de Ping'an est piétonnier. Du stationnement situé en contrebas, il faut marcher une dizaine de minutes et gravir un sentier en escalier pour atteindre la bourgade vieille de 600 ans sillonnée de sentiers étroits et d'escaliers creusés à même la montagne. Ping'an est supposée être très touristique mais en novembre c'était plutôt tranquille (à mon grand bonheur). Le soir, alors que nous marchions dans le brouillard à la lueur de nos lampes torches, l'ambiance était presque irréelle, comme tout droit sortie d'un film fantastique !

Sentier bordé par des bambous à Ping'an

Un homme et son cheval à Ping'an

Une rue de Ping'an

Maison à Ping'an

Coq à Ping'an

Femme au travail à Ping'an

Linge mis à sécher à la fenêtre d'une maison à Ping'an

Cordée de bois devant une maison à Ping'an

Paniers remplis de pommes de terre à Ping'an



Randonnée dans les rizières

La majorité des touristes viennent ici pour contempler les rizières en terrasses et nous ne faisions pas exception. L'ennui, c'est que le brouillard ne nous a pas lâchés pendant trois jours. Certains disent que le brouillard a parfois ses charmes ! Peut-être bien, mais pas quand ta chambre qui donne directement sur la vallée et ses rizières en terrasses ne te laisse voir qu'un mur blanc opaque (j'avais carrément l'impression de flotter dans les nuages) ! Pas plus quand tu peines à voir au-delà de 100 mètres en avant de toi, peu importe où tu vas, alors que tu es venu jusqu'ici pour profiter du décor de carte postale !

Randonnée dans les rizières embrumées de Ping'an
Le brouillard a persisté pendant trois jours

Cela ne nous a toutefois pas empêchés de faire la randonnée à pied de 6 heures au milieu des rizières en terrasses entre les villages de Ping'an et de Dazhai. C'est le beau-père de notre hôte, un homme de la région qui ne parlait que le dialecte local, qui nous servit de guide pour cette randonnée (voir à la fin de ce billet pour de plus amples informations).

Même si la visibilité était très réduite (un peu moins vers la fin de la randonnée) et que les sentiers étaient un peu boueux par endroits, il reste que ce fut une magnifique randonnée. Et malgré tout, comme vous allez le voir, j'ai quand même pu faire quelques photos intéressantes. J'ose à peine imaginer ce que cela aurait été si nous avions eu une belle journée ensoleillée.

Gros-plan d'une terrasse de riz

Rizières en terrasses inondées

Rizière inondée

Rizières en terrasses

Rizières en terrasses

Village de Zhongliu

Village de Zhongliu

Rizières en terrasses près de Dazhai

Rizières en terrasses près de Dazhai

Rizières en terrasses près de Dazhai

Rizières en terrasses près de Dazhai

Village de Dazhai


Tout compte fait, les rizières en terrasses du Dos du Dragon sont à ne pas manquer sous aucun prétexte. Je me promets d'ailleurs d'y revenir un jour à une autre période de l'année et à refaire la randonnée sous de meilleures conditions climatiques.

Prochainement sur le blogue, je vous parlerai de la superbe région de Yangshuo, également à ne pas manquer dans la région de Guilin.



- Informations pratiques -


Quand s'y rendre ? - Il n'y a qu'une seule récolte de riz par année à cet endroit et chaque saison a ses charmes. D'avril à juin, vous verrez les paysans travailler dans les rizières inondées qui miroitent sous le soleil (c'est la saison du repiquage). En juillet et en août, le riz est en pleine croissance et les rizières sont verdoyantes. En septembre, elles prennent une teinte dorée et en octobre a lieu la moisson. De novembre à mars, il ne se passe pas grand-chose (et le sol se couvre parfois de neige au plus creux de l'hiver) mais la région n'est pas moins belle pour autant. De plus, comme j'ai pu le constater, cette période morte a l'avantage d'être tranquille ! En novembre, où il fait généralement beau, il y avait peu de touristes et les journées étaient encore relativement chaudes.

Comment s'y rendre ? - Au départ de Guilin, il est possible de s'y rendre en bus public (aucun n'est direct) et il faut compter une bonne demi-journée de transport. À 40 yuans, cela reste néanmoins la solution la plus économique. Il y a aussi une navette directe (50 yuans) dont les départs, lorsqu'ils ont lieu, ne sont confirmés qu'un jour à l'avance. Finalement, il est possible de réserver un transfert en voiture privée (j'ai payé 450 yuans pour nous deux).

Baike Hotel - Il existe de nombreuses auberges à Dazhai, Tiantouzhai et Ping'an (les trois villages touristiques de la région). À Ping'an, j'ai bien aimé le Baike Hotel, un petit hôtel tout en bois de seulement 6 chambres qui dégage une ambiance de chalet alpin. Très propre et confortable. Jason en est le sympathique propriétaire et il parle parfaitement l'anglais (une rarité et donc un plus pour organiser son séjour). Le beau-père et la belle-mère sont disponibles pour vous accompagner lors de la randonnée dans les rizières (voir ci-dessous). On peut aussi manger sur place et c'est bon. Chambre double à partir de 360 yuans. Belles vues (dont je n'ai pu profiter à cause du brouillard) depuis les chambres et le restaurant.

La randonnée de 6 heures dans les rizières - La randonnée de 13 km entre Ping'an et Dazhai (possible en sens inverse également) s'effectue sur un dénivelé de 400 m et dure environ 6 heures avec une pause-thé dans le village de Zhongliu et une pause-repas dans celui de Tiantouzhai. Il est possible de faire la randonnée sans guide mais personnellement je ne le conseille pas. Le manque d'indication, les nombreux sentiers et la distance significative entre les villages font qu'à mon avis il est facile de prendre le mauvais chemin, et donc de perdre un temps considérable. Nous avons payé 100 yuans (plus un pourboire additionnel) pour le guide, en l'occurrence le beau-père de notre hôte, et 120 yuans pour nous ramener en voiture à Ping'an à la fin de la journée. Nous avons également payé le repas à notre guide.

Les minorités - Dans les villages comme dans les rizières, on croise parfois des minorités vêtues de costumes traditionnels et portant de magnifiques coiffes, en particulier les Zhuang et les Yao (dont les femmes ont de très longs cheveux noirs qu'elles enroulent autour de leur tête). Bien entendu, elles essaieront de vous vendre des cartes postales et tout ceci est devenu un peu (trop) commercial.