9 décembre 2015

Quelques notes sur mon voyage en Chine

Paysage aux environs de Yangshuo

Cela fait maintenant quelques jours que je suis revenu de la Chine et que j'ai repris mon travail. Je dois cependant vous avouer que j'ai eu beaucoup de difficultés à me remettre du décalage horaire de treize heures à mon retour. Oui, treize heures avec le Québec ! La grisaille de ce début de décembre y est certainement pour quelque chose. N'ayant pas encore fait le tri de mes photos, je vous propose donc pour l'instant quelques notes et observations personnelles reliées à mon voyage.


Mon itinéraire

Il s'agissait de mon deuxième voyage en Chine. Au printemps l'an passé, mon copain et moi avions visité Pékin, la Grande Muraille, Xi'an, le mont Hua et Shanghai. Cette fois-ci, nous avons profité des températures automnales encore clémentes au sud du pays pour visiter Hangzhou, les rizières en terrasse du Dos du Dragon, la région rurale autour de Yangshuo et Hong Kong. Et toujours fidèles à nos habitudes, nous avons voyagé par nous-mêmes et de façon indépendante.

Carte et itinéraire en Chine


À nouveau sous le charme

Même si le temps fut nuageux dans l'ensemble et que nous avons eu beaucoup de brume en montagne (ce qui donnait un petit côté surnaturel), j'en ai quand même pris plein les yeux et j'ai été à nouveau séduit par ce pays en voie de devenir la principale puissance au monde. Le contraste entre tradition et modernité, la gentillesse des habitants, le calme de la campagne, la diversité et l'extrême beauté des paysages n'ont cessé de me surprendre.


Une économie florissante

J'ai été à nouveau étonné de constater à quel point l'économie y est florissante. On construit partout, en ville comme à la campagne. De nouvelles tours d'habitation, de nouvelles lignes de trains à grande vitesse et de nouvelles gares entre autres. Et toujours dans des proportions gigantesques et avec un grand souci d'esthétique. De quoi faire pâlir d'envie le reste de la planète. Par ailleurs, on réalise vite que beaucoup de Chinois sont maintenant riches rien qu'à voir le nombre de boutiques haut de gamme et de voitures de luxe dans les grandes villes.


La barrière de la langue

Si j'ai eu moins de problèmes avec la langue que l'an passé, il reste que peu de Chinois comprennent et parlent l'anglais. Même des mots comme bathroom ou toilet m'ont valu quelques regards interrogatifs (je ne blague pas). Jusqu'à ce que j'aie la brillante idée de prendre une photo avec mon téléphone intelligent !

Le mot "toilettes hommes" en mandarin
Une photo vaut mille mots lorsqu'on est pressé

Les caractères chinois

Saviez-vous que les Chinois doivent connaître en moyenne 4000 caractères (appelés également sinogrammes) pour être en mesure de lire et d'écrire couramment (un minimum de 500 caractères est toutefois suffisant pour comprendre l'essentiel d'un texte) ? Et que la signification d'un caractère peut varier selon le contexte ? Par ailleurs, réalisez-vous le temps que ça peut prendre pour « dessiner » un seul de ces caractères ? Cela me fascine littéralement.


Gentils et accueillants

Une fois de plus, j'ai été surpris de voir à quel point les Chinois sont gentils et accueillants. Comme cette famille multi-générationnelle assise à la table d'à côté sur une terrasse qui nous invita spontanément à prendre le thé avec eux. Dans les villages, j'ai croisé des sourires à maintes reprises et des enfants amusés par notre présence (et bien souvent fascinés par ma tête blonde).


Photos et selfies

Les Chinois aiment se faire photographier en compagnie d'Occidentaux. Certains nous demandaient gentiment de prendre la pose avec eux (Serge avait plus de succès que moi - il faut croire que les Chinois préféraient sa tête !) alors que d'autres braquaient leur caméra sur nous sans prévenir. Mais le plus amusant, c'est lorsqu'ils essayaient de se prendre en selfie tout en se déplaçant subtilement afin de nous inclure dans leur photo !


Ce que j'ai moins aimé...

Le terrible smog dans lequel nous étions plongés à Hangzhou. Outre la visibilité qui était fortement réduite, il y avait ces émanations de monoxyde de carbone à certains endroits qui nous donnaient un peu la nausée. Par ailleurs, je trouve dommage que dans beaucoup de villages les maisons traditionnelles aux toits de tuiles soient abandonnées au profit d'immeubles carrés en béton sans charme.


Préparer son voyage

La Chine est un pays complexe et le choc culturel peut être grand à certains moments. À cet effet, le guide Ulysse Comprendre la Chine permet de mieux comprendre les us et coutumes et les particularités de la société chinoise au quotidien. Concis et facile à lire, il aborde entre autres les croyances, les superstitions, les tabous, les fêtes traditionnelles, la langue et les conditions d'hygiène. Il présente également une foule d'informations utiles lors des rencontres afin d'éviter les faux pas. Si l'édition actuelle date de quelques années et que certains renseignements mériteraient d'être mis à jour alors que la Chine se développe à la vitesse grand V, il n'en demeure pas moins que ce guide demeure très utile pour le voyageur.

Note : le guide m'a été offert par Ulysse mais les opinions émises demeurent les miennes.


Première de couverture de Comprendre la ChineQuatrième de couverture de Comprendre la Chine



Un petit mot à propos d'Air China

Pour me rendre en Chine, j'ai volé à bord de la nouvelle liaison directe offerte par Air China entre Montréal et Pékin. Et je dois dire que mon expérience fut très satisfaisante. Vols à l'heure, appareils récents et très propres, écrans individuels, grand choix de films offerts en anglais ainsi que quelques films offerts en français. Il est vrai que le personnel de cabine n'est pas toujours très souriant et ne maîtrise pas très bien l'anglais mais tous ont une apparence soignée et font leur travail de façon très professionnelle. Sur les 14 heures de vol, seulement deux repas sont servis (alors que d'autres compagnies aériennes servent à tout le moins un repas léger entre les deux repas principaux sur des vols d'une durée similaire). À noter que les repas étaient nettement meilleurs à l'aller qu'au retour. Tout compte fait, je n'hésiterais pas à voler de nouveau avec Air China qui, somme toute, est comparable à bien d'autres compagnies aériennes.

Appareil d'Air China à Montréal-Trudeau


Pour en savoir plus sur les régions chinoises que j'ai visitées au cours de ce voyage, ne manquez pas les articles et les photos (brumeuses ☺) qui vont suivre au cours des prochaines semaines ! Vous pouvez également suivre mon compte Instagram où plusieurs photos seront également publiées !


Vous aimerez peut-être aussi : 15 constats sur la Chine