2 juillet 2013

Les hauts et les bas de Québec


Jusqu'à tout récemment, j'ignorais presque tout de la ville de Québec. Même si elle n'est située qu'à seulement 250 km de Montréal où j'habite - on peut presque dire que c'est juste à côté de chez moi -, cela faisait 20 ans que je n'y avais pas mis les pieds ! Et les vagues souvenirs que j'avais me portaient à penser que je n'y avais jamais resté plus de 24 heures ! Négligence de ma part alors que je vagabonde aux quatre coins du monde ? Oui, peut-être...




Mais je me suis rattrapé. Récemment, j'ai fait une escapade à Québec le temps d'un long week-end. J'ai joué au touriste chez moi. Sans même traverser de frontière. Sans changer de culture, de langue ou de monnaie.

J'ai joué le jeu jusqu'au bout. D'abord, en dressant ma liste de choses à voir, tout comme j'ai l'habitude de faire pour n'importe quelle autre ville dans le monde. Ensuite, en prenant le train, question d'avoir l'impression de partir en voyage. Et le jeu en valait la chandelle ! J'y ai même fait de belles découvertes !

J'ai été surpris par la propreté et l'élégance de la ville en général. Même les terrasses semblent plus belles et chics, comparées à celles de Montréal. Et ce ne sont pas les bon restaurants qui manquent ici.

J'ai beaucoup marché. Et pas seulement dans le Vieux-Québec. C'est en arpentant ses rues et en allant d'un quartier à l'autre que j'ai vraiment compris ce que signifie « Haute-Ville » et « Basse-Ville ». J'ignorais - ou peut-être avais-je tout simplement oublié ? - à quel point la ville était accidentée. Mes mollets, eux, s'en souviendront ! La dénivellation est particulièrement impressionnante entre la Haute-Ville et le quartier Saint-Roch tout en bas. D'ailleurs, j'ai trouvé une ressemblance entre Québec et San Francisco. Tout comme la  célèbre ville californienne, Québec possède des rues très pentues, des escaliers - dont certains remplacent les trottoirs -, et de magnifiques perspectives (sur le fleuve St-Laurent ou les montagnes des Laurentides dans le cas de Québec).

(Vous pouvez cliquer sur les photos pour les voir plus grandes)

Rues en pente raide et perspectives sur la Basse-Ville et l'horizon - Photo Mario Dubé
Vue plongeante sur le quartier entourant la Place-Royale - Photo Mario Dubé
Un escalier qui monte vers le Château Champlain - Photo Mario Dubé
Même les chats ont leurs escaliers - Photo Mario Dubé

Durant ce long week-end, j'ai revisité les grands classiques. Le Vieux-Québec, le Château Frontenac, la terrasse Dufferin - agréable promenade en bois offrant une magnifique vue sur le fleuve St-Laurent et sur la rive opposée - et le quartier du Petit-Champlain avec sa Place-Royale où Samuel de Champlain s'établit en 1608 . Québec étant la seule ville fortifiée au nord de Mexico, j'ai également marché sur une bonne partie de ses fortifications.

Le Château Frontenac - Photo Mario Dubé
La terrasse Dufferin surplombant le fleuve Saint-Laurent - Photo Mario Dubé
La Place-Royale - Photo Mario Dubé
Les fortifications entourant la vieille ville de Québec - Photo Mario Dubé

J'ai toutefois préféré la ville située à l'extérieur des murs, en grande partie ignorée des hordes de touristes. La Grande-Allée avec ses restaurants et ses bars chics et branchés (pour ceux qui connaissent Montréal, une sorte de rue Crescent améliorée). La rue Cartier, une agréable petite rue commerciale. La colline parlementaire avec bien sûr le Parlement du Québec, mais aussi la fontaine de Tourny, magnifique de jour comme de nuit. L'histoire reliée à cette fontaine est d'ailleurs intéressante. Après avoir orné le centre-ville de Bordeaux, en France, de 1857 à 1960, la fontaine fut retirée avant d'être acquise par un antiquaire parisien. En 2003, M. Simons (le PDG des magasins Simons au Québec) découvre la fontaine dans un marché aux puces à Paris et en fait l'acquisition. La fontaine fut ensuite restaurée dans une grange sur l'île d'Orléans avant d'être offerte en cadeau à la ville de Québec pour son 400e anniversaire.

La très belle fontaine de Tourny - Photo Mario Dubé

J'ai beaucoup aimé le quartier Saint-Jean-Baptiste avec sa rue Saint-Jean, l'église St. Matthew et son joli cimetière ombragé qui date de 1772, ainsi que le quartier Saint-Roch, autour de la rue Saint-Joseph, un quartier en pleine renaissance qui possède pas mal de lieux branchés.


Mes coups de coeur


  • Le Cercle, 228 rue Saint-Joseph Est, quartier Saint-Roch --- Dans un décor moderne et industriel, ce lieu branché fait fonction de bar à vin, de resto et de salle de spectacles musicaux. L'endroit idéal pour prendre un verre de vin... ou deux, assis au bar, face à l'immense cellier tout vitré. Personnel hyper sympathique.
  • L'épicerie J.A. Moisan, 695 rue Saint-Jean, quartier Saint-Jean Baptiste --- Une épicerie fine à l'allure d'un magasin général d'antan qui ne semble pas avoir changé depuis sa création en 1871. Y entrer, c'est remonter le temps. Tout est d'époque, des plafonds en lambris aux étagères en bois, en passant par quelques antiquités. Vaste choix de produits d'ici et d'ailleurs, dont une impressionnante sélection de bières artisanales québécoises. Quelques tables permettent même d'y casser la croûte - le porc à la moutarde est délicieux !
  • L'Auberge aux Deux Lions, 25 boulevard René-Lévesque Est, dans la Haute-Ville --- Une petite auberge charmante et confortable où j'ai séjourné pour le week-end. Vous trouverez mon avis sur TripAdvisor.
Photo Mario Dubé
Photo Mario Dubé

Pour plus d'informations sur la ville de Québec : Office du tourisme de Québec, L'effet Québec et Touriste à Québec (blogue du propriétaire de l'Auberge aux Deux Lions qui est un amoureux de la ville).