20 mars 2013

Carte postale de Yangon


On l'appelait Rangoun (de l'anglais Rangoon) à l'époque où la Birmanie était une colonie britannique. Même si plusieurs continuent de la nommer ainsi, son nom officiel est maintenant Yangon. Avec plus de 4,3 millions d'habitants, c'est la plus grande ville du pays.


Une circulation plutôt chaotique

La ville est très étendue et en dehors du centre les rues sont souvent poussiéreuses, étroites et sinueuses, rendant ainsi les déplacements à pied difficiles (en plus il n'y a pas beaucoup d'éclairage le soir venu). J'ai donc vite réalisé qu'il nous faudrait un taxi tôt ou tard. Mais j'étais loin de me douter qu'il y aurait des embouteillages aux heures de pointe ! Les rues sont tout simplement inadéquates face au parc automobile toujours croissant. Ce qui est particulier à Yangon, contrairement aux autres villes asiatiques, c'est qu'il n'y a pas de motos. Selon Lonely Planet, l'interdiction viendrait d'un haut gradé du régime dont la voiture avait été emboutie par une moto (ah bon !) Autre curiosité (pas seulement à Yangon mais dans tout le Myanmar), les voitures ont un volant à droite et roulent à droite !


La paya Shwedagon

L'édifice religieux le plus célèbre du pays est situé sur une plate-forme recouverte de marbre au sommet d'une colline. Il s'agit d'une immense stupa ou pagode en forme de cloche (paya en birman) recouverte de feuilles d'or et incrustée de milliers de diamants et autres pierres précieuses (l'extrême pointe possède un diamant de 76 carats !) Tout autour se trouvent de nombreux petits temples, autels et niches renfermant des bouddhas. Nous arrivons sur place pour le coucher du soleil. En soirée, le site est illuminé et la paya Shwedagon brille de tous ses éclats sous les projecteurs. Malgré tout, il y a quelque chose qui cloche (et ce n'est pas un jeu de mots). Il y a beaucoup de monde... trop peut-être... Combiné avec toutes ces lumières qui scintillent au-dessus des bouddhas (euh... qui a eu cette idée saugrenue ?), je trouve que le site a des allures de parc d'attraction. J'aurai le souvenir d'un lieu sacré avec une ambiance à la Disney...


Quartiers ethniques et charmes coloniaux

Contrairement au reste de la ville, les rues du centre de Yangon ont été tracées selon un plan quadrillé et le quartier est agréable à découvrir à pied. S'y trouvent de vieux immeubles d'habitation surpeuplés, des marchés en plein air colorés et odorants (qui viennent parfois heurter nos coeurs sensibles d'occidentaux), des temples bouddhiques, des temples indiens et des rues commerçantes grouillantes de monde. Comme ailleurs au Myanmar, hommes et femmes portent le longyi, cette longue pièce de tissu nouée autour de la taille qui drape le bas du corps (un peu comme en Inde ou à Bali). En fait, je n'ai vu que très peu d'hommes porter le pantalon ou le jean pendant mon séjour au Myanmar. Nous passons du quartier chinois au quartier indien avant de faire une pause dans un café climatisé qui, malgré les apparences, se révélera infesté de coquerelles ! Après avoir contemplé la paya Sule et le très bel hôtel de ville mélangeant les styles coloniaux et orientaux, nous empruntons la rue Pansodan avec ses nombreux bouquinistes où je repère aisément de nombreux bouquins écrits par Aung San Suu Kyi, cette activiste et personnalité politique mondialement connue pour son opposition pacifique à la dictature militaire en Birmanie. Puis nous atteignons le bord du fleuve où se dressent de nombreux édifices coloniaux décrépis qui laissent imaginer le faste d'une époque révolue. Soudain, je trouve l'explication à toutes ces taches rouges sur le sol que l'on voit un peu partout. Ce sont les crachats provenant de la chique du bétel, ce mélange de chaux et de noix d'arec râpée enveloppé dans une feuille de bétel que l'on mâche partout au Myanmar et qui rend la salive rouge et les dents orange !


Un resto où la propreté commence par les employés

Pour notre pause du midi, nous nous attablons à la terrasse du Lucky Seven (49th Street et Anawrahta Road), une adresse hyper-fréquentée à la fois par les touristes et les locaux, tous attirés par les bons plats, l'atmosphère sans chichis et le service efficace. Ce qu'il y a de tout à fait inusité toutefois, c'est que l'on peut apercevoir des jeunes hommes se doucher derrière la cuisine ouverte sur le restaurant. Savon, shampooing, seaux d'eau et brossage de dents ! Des douches mises à la disposition des clients ? J'ai plutôt l'impression que c'est le patron qui exige à ses employés de se laver avant leur quart de travail ! Tout à fait inusité !



  • J'ai logé au Classique Inn pendant mon séjour à Yangon. Un charmant petit hôtel de onze chambres qui est situé au calme dans le quartier diplomatique (au nord de Yangon entre la Paya Schwedagon et le lac Inya). L'hôtel est cependant assez loin de tout et un taxi est nécessaire pour se déplacer (sans oublier la congestion durant les heures de pointe tel que mentionné plus haut).
  • Situé à proximité du Classique Inn, le restaurant français de l'Alamanda Inn est très agréable (les chambres ont l'air pas mal non plus). Une excellente cuisine française et internationale dans un cadre tropical.

La paya Shwedagon - Mario Dubé

La paya Shwedagon - Mario Dubé

Mahabandoola Road et la paya Sule au centre de Yangon - Mario Dubé

Vendeurs de bétel - Mario Dubé

Bouquins d'Aung San Suu Kyi - Mario Dubé

Bâtiment colonial au centre de Yangon - Mario Dubé

Jeune birman au marché - Mario Dubé



Vous aimerez peut-être aussi : Mes impressions sur le Myanmar (Birmanie)