9 décembre 2012

Architecture, histoire, plages et bons vins à Dubrovnik


Je ne peux conclure cette série d'articles que j'ai publiée dernièrement à propos de mon voyage en Croatie sans vous parler de Dubrovnik.

Ce n'est pas pour rien qu'on la surnomme la "Perle de l'Adriatique". Vue du haut des montagnes situées juste derrière, la vieille ville apparaît comme une perle posée en bordure de la mer. La ville possède d'ailleurs tous les superlatifs. C'est la ville la plus touristique, la plus belle, la plus prospère et la plus chère de Croatie (c'est quand même moins cher qu'en France ou en Italie).


La vieille ville

Figurant sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, la vieille ville de Dubrovnik est entièrement ceinturée d'imposants remparts médiévaux. D'ailleurs, la promenade sur les remparts est un incontournable pour mieux saisir l'ampleur de ces fortifications et pour avoir une vue magnifique sur les toits de tuiles rouges de la vieille ville et sur la mer. Pour vous donner une idée, cela m'a pris deux heures pour faire le tour complet des remparts sans me presser.

La vieille ville est tout simplement splendide avec ses ruelles pavées de marbre, ses monuments baroques, ses églises, ses palais et ses monastères. C'est un endroit bien vivant puisque des milliers de personnes y habitent et y travaillent, mais la circulation automobile y est toutefois interdite pour le plus grand bonheur de tous. Le plus bel endroit pour se balader est certainement la Placa, également appelée le Stradun, une magnifique et large promenade dallée de marbre qui traverse la vieille ville de part en part.

Les remparts entourant la vieille ville - Photo Mario Dubé
La vieille ville et l'île de Lokrum du haut des remparts - Photo Mario Dubé
Sur les remparts - Photo Mario Dubé
Le Stradun - Photo Mario Dubé
Bâtiments sur le Stradun - Photo Mario Dubé
Le Stradun le soir - Photo Mario Dubé

La guerre de Croatie

Visiter la Croatie, c'est aussi prendre connaissance de la guerre d'indépendance croate qui a duré de 1991 à 1995. Il ne s'agit pas d'un conflit lointain mais bel et bien d'une guerre récente... très récente. Je ne vais pas vous décrire cette guerre en détail, sinon seulement vous rappeler qu'elle opposait l'armée croate à l'armée yougoslave et aux Serbes vivant en Croatie suite à l'indépendance de la Croatie (qui faisait jusqu'alors partie de la Yougoslavie).

Ces cinq années de guerre ont ravagé une grande partie de la Croatie et tué des milliers de personnes.
À Dubrovnik, les tirs d'obus ont endommagé 68% des bâtiments. Le travail de reconstruction fut donc un projet colossal. Mais le résultat est remarquable et Dubrovnik a aujourd'hui retrouvé toute sa splendeur. Mis à part quelques photos et plaques commémoratives dispersées dans la vieille ville, on n'y voit que très peu de traces des ravages laissés par la guerre.

Pour mieux comprendre, j'ai visité deux musées fort émouvants reliés à la guerre (que je recommande fortement). Le premier s'appelle War Photo Limited et présente des expositions de photographies qui permettent de voir la guerre telle qu'elle est réellement. En octobre dernier, l'exposition Broken Lights of Yugoslavia avait comme sujet les guerres de Croatie, de Bosnie et du Kosovo. J'y ai appris entre autres que le siège de Sarajevo (qui se trouve en Bosnie-Herzégovine) a duré 46 mois et que les habitants sont demeurés sans nourriture, sans eau, sans électricité et sans chauffage pendant tout ce temps alors qu'il tombait en moyenne 300 obus par jour sur la ville ! Le deuxième est le musée de la Guerre patriotique consacré uniquement aux attaques subies par la ville de Dubrovnik pendant la guerre de Croatie, en particulier l'attaque du 6 décembre 1991. Les vidéos amateurs tournées en direct m'ont beaucoup ému.


Le mont Serđ (prononcé s-è-r-d-j)

Le nouveau téléphérique inauguré en juin 2010 (l'ancien avait été détruit pendant la guerre de Croatie) permet d'atteindre la terrasse d'observation du mont Serđ (405 m) qui offre un panorama à couper le souffle.  La vue à 360° embrasse la vieille ville de Dubrovnik, l'île de Lokrum, la côte dalmate, la mer et les montagnes qui servent de frontière avec la Bosnie-Herzégovine. Juste à côté se trouve le fort Impérial qui renferme le musée de la Guerre patriotique (dont j'ai parlé plus haut).

Dubrovnik vue du haut du mont Serđ - Photo Mario Dubé

L'île de Lokrum

Cette très belle île plantée d'arbres où circulent des paons en liberté est une véritable oasis de verdure et de calme à seulement quelques minutes en bateau de Dubrovnik. Des sentiers permettent de sillonner l'île aisément. On y trouve de belles plages rocheuses (des échelles facilitent l'entrée dans l'eau), dont une plage naturiste. L'île est probablement très fréquentée en été, mais en octobre il y avait très peu de gens.

Sur l'île de Lokrum - Photo Mario Dubé

La plage de Banje

Cette très belle plage de galets située à seulement 10 minutes à pied de la vieille ville (il faut suivre les indications Eastwest Beach Club) est idéale pour la baignade. L'eau est d'une transparence et d'une propreté incroyable, et on se baigne à moins de 400 m des remparts de la vieille ville ! Dommage que j'aie découvert cette plage la dernière journée seulement...

La plage de Banje - Photo Mario Dubé

Les bars à vin

Êtes-vous surpris si je vous dis que la Croatie produit d'excellents vins rouges ? Moi-même, j'ai été très agréablement surpris par la qualité des vins rouges que j'ai pu déguster à Dubrovnik. Le cépage rouge principal en Croatie est le Plavac Mali. Celui-ci donne des vins rouges corsés, très aromatiques et puissants que j'ai adorés. Et pour goûter aux meilleurs vins de la Croatie (ainsi qu'à quelques bons fromages locaux), rien de mieux que l'un des trois bars à vin de la vieille ville que j'ai visités durant mon séjour. Oui... trois bars à vin rien qu'à Dubrovnik ! Avis aux amateurs de bons vins !

Sur le Stradun - Photo Mario Dubé


Liens vers mes autres articles sur la Croatie :

Un dimanche à Zagreb
Un voyage dans l'Antiquité à Split
Farniente sur l'île de Hvar

Pour plus d'informations sur la Croatie :

L'Office National Croate de Tourisme (sur twitter @lacroatie)


J'aime bien lire vos commentaires.


Si la boîte pour laisser votre commentaire n'apparaît pas au bas de cette page, cliquez sur le lien ci-bas indiquant le nombre de commentaires.