5 juillet 2012

Flânerie dans l'un des plus beaux villages du Québec

À 90 minutes en voiture de Montréal, dans la région touristique des Cantons-de-l'Est, se trouve le beau petit village de Frelighsburg, où j'ai l'habitude d'aller pour la journée au moins une fois par année. J'y étais lundi dernier.




Photo - Mario Dubé

Plutôt monotone et sans intérêt durant la première heure lorsque l'on vient de Montréal, la route est ensuite panoramique (à faire par une belle journée ensoleillée). Le terrain est alors vallonné et le vert sombre des forêts contraste avec le vert lumineux des champs. Les montagnes du Vermont, aux USA, se profilent devant nous. De grands arbres centenaires longent la route, créant parfois de magnifiques tunnels de verdure. On croise des champs de plantations, des vergers de pommiers et des vignobles (pour ceux qui me lisent depuis la France ou un autre pays francophone, sachez que le Québec arrive à produire d'excellents vins en dépit d'un climat rigoureux). On passe aussi devant des petites fermes et on traverse des petits villages endormis tels que Saint-Armand et Pigeon Hill juste avant d'arriver à Frelighsburg, que le mont Pinacle domine de ses 710 mètres.


Tunnel de verdure sur le chemin Ridge.  Photo - Mario Dubé

Le chemin Saint-Armand plongeant vers Frelighsburg et le mont Pinacle.  Photo - Mario Dubé

Ce minuscule village de moins de 1 100 habitants et niché au creux d'une magnifique vallée à moins de 4 km de la frontière américaine est considéré comme l'un des plus beaux villages du Québec.

Pourtant, à première vue, le village semble bien ordinaire. Ici, il n'y a jamais foule. Et contrairement à bien d'autres villages touristiques des environs où l'aspect mercantile domine, ici les commerces se font discrets. D'ailleurs, la rue principale n'a même pas 500 mètres de long. C'est d'abord la tranquillité et l'authenticité du lieu qui attirent ici les visiteurs.  Par contre, le village compte de nombreux édifices historiques datant du XIXe siècle qui se découvrent facilement à pied. L'histoire du village est racontée sur des panneaux disséminés ici et là. Dans les deux cimetières du village, certaines pierres tombales portent des inscriptions qui remontent aussi loin qu'à la fin des années 1880. Tous ces atouts font le charme de ce village qui rappelle les petits villages de la Nouvelle-Angleterre toute proche.

Le mieux à faire ici, c'est tout simplement de flâner dans les rues ou au bord de la rivière aux Brochets, de découvrir le patrimoine historique et de casser la croûte dans l'un des adorables petits restos du coin. Et pouquoi pas une petite sieste à l'ombre d'un grand arbre...

Le village date de la fin des années 1790 au moment où des colons américains décidèrent de s'y établir. C'est Abraham Freligh, un médecin américain d'origine allemande venu s'installer ici en 1800, qui donna son nom au village. L'actuel moulin de pierres situé sur le bord de la rivière aux Brochets fut construit en 1839 par son fils, Richard Freligh.


La rue Principale.  Photo - Mario Dubé

L'ancienne école protestante datant de 1856.  Photo - Mario Dubé

Le moulin de pierres au bord de la rivière aux Brochets.  Photo - Mario Dubé

Une belle maison datant de 1850.  Photo - Mario Dubé

Une autre belle maison... celle-ci datant de 1840.  Photo - Mario Dubé

La rivière aux Brochets à deux pas de la rue Principale.  Photo - Mario Dubé

De nombreux peintres et artisans ont élu domicile dans la région. Malgré tout, fidèle à sa discrétion, Frelighsburg ne compte qu'une boutique d'artisans et une galerie d'art. En revanche, le Festiv'Art, qui attire chaque année des milliers de touristes, est l'occasion pour de nombreux artistes-peintres d'exposer dans les rues le temps d'un week-end. Il aura lieu cette année du 31 août au 2 septembre 2012.

Au coeur du village, trois adresses charmantes et abordables permettent de déguster les produits du terroir et de goûter aux vins locaux (une autre bonne raison de venir ici). Situés presque face à face, Aux Deux Clochers et Lyvano possèdent chacun une terrasse qui surplombe la rivière ombragée (peu profonde et qui n'a que quelques mètres de largeur). À deux pas de là (exactement dix pour être plus précis), le café-resto Les Sucreries de l'Érable demeure un arrêt obligatoire. Comme son nom l'indique, on y sert des délices sucrés (mais aussi salés) préparés de façon artisanale et selon des recettes ancestrales. La vedette est sans conteste la fameuse tarte au sirop d'érable. On peut choisir entre les tables à l'intérieur, où l'ambiance d'époque a été conservée, ou celles situées sur la terrasse. Frelighsburg possède aussi deux B&B (que je n'ai pas essayés) pour ceux qui voudraient y passer la nuit.

L'ancien magasin général de la rue Principale qui date de 1815 est aujourd'hui le café-resto Les Sucreries de l'Érable.
Photo - Mario Dubé

Quelques circuits de randonnée pédestre de courte durée partent du village et permettent d'apprécier les beautés des environs. Par ailleurs, les belles routes tranquilles de la région permettent de faire de belles randonnées à vélo (quoique sportives à cause du terrain accidenté). Les cyclistes étaient d'ailleurs nombreux lundi dernier sur la terrasse des Sucreries de l'Érable (c'était le long weekend de la Fête du Canada). Enfin, Frelighsburg est situé sur la Route des Vins et plusieurs vignobles situés à proximité peuvent ainsi être visités. L'occasion idéale d'en apprendre davantage sur certains produits québécois qui connaissent une renommée internationale tels que le vin de glace et le cidre de glace.



Le clocher de l'église catholique depuis les hauteurs du chemin du Verger-Modèle.  Photo - Mario Dubé

Le chemin du Verger-Modèle (un cul-de-sac se terminant à la frontière américaine) permet de belles vues sur les montagnes du Vermont voisin.  Photo - Mario Dubé


Pour plus d'informations...

http://www.village.frelighsburg.qc.ca/pages_francais/accueil.html

http://www.beauxvillages.qc.ca/



Si vous connaissez d'autres beaux villages, faites-en part en laissant un commentaire (cliquez sur le lien "commentaires" si le champs n'est pas visible).



Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager à l'aide des boutons ci-bas.