25 avril 2012

Au pays du million d'éléphants et sur les plages de la mer d'Andaman

Voici un retour sur mon voyage au Laos et en Thaïlande de janvier dernier sous forme de petits résumés et de notes personnelles.


Le choix de mon itinéraire

Cela faisait longtemps que je voulais aller au Laos. Après la Malaisie, l'Indonésie, la Thaïlande, le Cambodge et le Vietnam, il était normal que je choisisse le Laos pour mon voyage de trois semaines en Asie du Sud-Est qui allait débuter le 31 décembre 2011. La meilleure façon de rejoindre le Laos étant de passer par Bangkok, j'ai choisi de m'y arrêter pour deux jours. Et comme j'aime bien passer quelques jours au bord de la mer lorsque c'est possible, j'ai décidé de retourner dans le sud de la Thaïlande. Vu les distances à parcourir sur place, j'ai privilégié l'avion lorsque c'était possible. Au bout du compte, je n'ai passé qu'une semaine au Laos (et je n'ai pas sorti des sentiers battus). C'est bien peu, mais qu'à cela ne tienne puisque j'y retournerai !


Bangkok

Mon dernier séjour à Bangkok remontait à 2002. Cette année, j'ai découvert le tout nouvel et immense aéroport international, ainsi que le Skytrain, un train aérien ultra-moderne qui relie l'aéroport au centre de Bangkok en une demi-heure. Je tenais absolument à retourner au Grand Palais et à visiter le temple de l'Aube (Wat Arun) qui offre une vue magnifique sur la ville du haut de son sommet. Sinon, j'ai pris plaisir à explorer la ville sans but précis et à me balader sur le Chao Phraya en utilisant les transports publics. Bangkok ... une ville fascinante que j'adore ! Pour lire ou relire mon billet sur Bangkok, c'est ici.

J'ai séjourné trois nuits au Lamphu Tree House, un petit hôtel boutique idéalement situé dans un quartier résidentiel tranquille à 10 minutes à pied du quartier routard de Khao San Road. J'ai aimé les environs immédiats de l'hôtel avec son canal, ses petites rues et ses marchés où vivent les Bangkokois au quotidien. Le matin du jour de l'an, on a eu droit à un orchestre et à des chants de Noël pendant qu'on prenait notre petit-déjeuner dans le jardin (un beau moment).


La fameuse Khao San Road à Bangkok - Photo Mario Dubé


Bangkok Airways

J'ai volé de Bangkok à Luang Prabang, au Laos, avec Bangkok Airways (j'avais déjà volé avec cette compagnie lors de voyages précédents). Nommée la troisième meilleure compagnie aérienne régionale asiatique en 2011 selon Skytrax, Bangkok Airways mérite bien son titre de « Asia's Boutique Airline » pour deux raisons. D'abord, un repas est servi sur tous les vols (chose rare de nos jours sur un vol d'une heure à peine). Ensuite, tous les passagers en classe économie ont accès à un salon privé à l'aéroport avec en-cas et boissons gratuites, ce que la plupart des voyageurs semblent ignorer (à juste titre puisque c'est quand même inhabituel). Celui de Bangkok est tranquille et agréable avec fauteuils, postes internet et grandes baies vitrées.


Le Laos

Un pays magnifique et des gens souriants et accueillants. Montagneux et à moitié couvert de forêts, le Laos a de quoi séduire les visiteurs en quête de nature et d'aventure. D'ailleurs, le gouvernement mise beaucoup sur l'écotourisme. C'est un empereur du 14e siècle qui le nomma « pays du million d'éléphant » pour affirmer sa puissance (à cette époque en Asie du Sud-Est, les éléphants étaient utilisés comme armes de guerre). Bien qu'il n'en reste environ que 2000 aujourd'hui, c'est encore l'une des plus importantes populations d'éléphants de la région. Conséquence de son passé en tant que colonie française dans la première moitié du 20e siècle, le français est encore perceptible (écoles françaises, enseignes des édifices publics, noms de rues de la capitale). Autres témoins de la présence française : boulangeries, pâtisseries et restaurants de cuisine française. J'ai aussi été surpris d'apprendre que le Laos fut le pays le plus bombardé de l'histoire alors qu'il servit de champs de bataille durant la guerre du Vietnam. J'ai beaucoup aimé le Laos. Mon séjour fut trop court, je devrai y retourner !


La rivière Nam Khan en aval de Luang Prabang - Photo Mario Dubé


Luang Prabang

Bien qu'étant la ville la plus touristique du Laos, elle n'en demeure pas moins un incontournable. Ceinturée de montagnes, la vieille-ville est charmante et occupe une péninsule au confluent du fleuve Mékong et de la rivière Nam Khan. Les nombreux monastères bouddhiques et les moines en robe safran ajoutent une touche d'exotisme sans pareil. C'est beau, calme et agréable. L'hébergement est de qualité (un peu cher toutefois dans l'ensemble) et on y trouve d'excellents restaurants mariant cuisine française et laotienne. En plus, les environs sont propices à de très belles excursions. D'ailleurs, je vous conseille un minimum de 5 jours pour profiter pleinement de la ville et de ses environs. Pour en savoir davantage, je vous invite à lire ou relire mes récents billets que j'ai publiés sur Luang Prabang ici, ici et ici.

Mes coups de coeur à Luang Prabang (et dans les environs) :

  • les splendides points de vue sur le Mékong et la Nam Khan
  • les ponts de bambou qui permettent d'aller explorer l'autre rive de la Nam Khan
  • les nombreux moines en robe safran qui circulent à pied sans cesse toute la journée
  • les moines collectant les aumônes au petit matin (et le calme solennel entourant cette procession)
  • les bars à vin (il y en a deux dans la vieille-ville sur la rue principale)
  • le restaurant Coconut Garden (une cuisine laotienne délicieuse dans un cadre agréable)
  • la campagne environnante
  • les chutes de Kuang Si (à 30 km de Luang Prabang)

J'ai séjourné cinq nuits à la Villa Ban Lakkham, une petite auberge de 10 chambres située dans la vieille-ville en bordure de la rivière Nam Khan. Dans une maison ancestrale magnifiquement rénovée avec boiseries originales, portes françaises et balcons. Propreté irréprochable. On prend le petit-déjeuner sur la terrasse qui surplombe la rivière en contrebas et qui offre une vue magnifique sur la rive boisée opposée et sur les montagnes enveloppées de brume au loin. Mais ce qui rend l'endroit encore plus sympathique, c'est la propriétaire des lieux.


Le Wat Ho Pha Bang à Luang Prabang - Photo Mario Dubé


Lao Airlines

La compagnie aérienne nationale du Laos, Lao Airlines, est désormais sécuritaire, du moins entre Luang Prabang et Vientiane. En effet, mon vol s'est effectué à bord d'un Airbus A320 tout neuf acquis à peine deux mois plus tôt. Des sièges en cuir d'un vert rafraîchissant et un service tout sourire. Je n'avais rien à craindre puisqu'un technicien d'Airbus était présent sur le vol. Bref, un vol agréable qui a duré 20 minutes seulement !


Vientiane

Le guide Lonely Planet affirme que c'est « l'une des capitales les plus sereines », ce qui est vrai. La capitale du Laos est plutôt agréable et relax. Une large promenade vient tout juste d'être aménagée sur le bord du Mékong (la Thaïlande est juste de l'autre côté). Il y a bien quelques lieux dignes d'intérêt, mais à mon avis il est inutile de s'y attarder trop longtemps. Et passé 22 heures, la ville tombe dans un profond sommeil (comme partout ailleurs au Laos). Nous avons loué des vélos pour la durée de notre séjour, ce qui est une agréable façon de parcourir la ville et ses quartiers résidentiels. La ville compte d'excellents restaurants de cuisine française, italienne et thaï entre autres. À ce titre, c'est probablement l'endroit où l'on trouve les restaurants français les moins chers de la planète (voir ci-bas).

Mes suggestions :
  • une Beerlao au bar Pennyang (situé au sommet d'un édifice, vue sur le Mékong)
  • la boulangerie Le Banneton pour un café, un croissant ou une pâtisserie
  • le restaurant Le Provençal pour une délicieuse cuisine française (ça m'a coûté environ 10 $ pour une salade, une côte de porc servie avec frites et moutarde de dijon ainsi qu'un verre de vin)

J'ai séjourné deux nuits au Aroon Residence. Situé à proximité du centre, très propre. La chambre executive est immense avec un bureau et un coin salon. Je le conseille pour un court séjour, sinon prendre un hôtel plus près du centre.


Il y a même un arc-de-triomphe à Vientiane - Photo Mario Dubé


Air Asia

J'ai pris un vol direct avec la compagnie Air Asia de Udon Thani (la ville thaïlandaise la plus proche de Vientiane) à Phuket. Je pensais prendre un bus international de Vientiane à Udon Thani mais je me suis retrouvé à prendre un taxi. Le trajet en taxi dure 2 heures. C'est une option très pratique (le chauffeur s'occupe de toutes les formalités douanières) mais dispendieuse (112 $ pour deux personnes). Néanmoins, cette formule combinée m'est revenue moins chère que de prendre l'avion directement de Vientiane pour Phuket (avec un transfert à Bangkok). J'ai eu le temps de me balader un peu dans Udon Thani, une ville sans grand intérêt.

Air Asia fut nommée meilleure compagnie aérienne « low-cost » en Asie pour la troisième année consécutive. La compagnie possède un vaste réseau en Asie au départ de plusieurs hubs. Les tarifs de base sont très intéressants, auxquels on peut ajouter des extras selon ses besoins. Par exemple, mon vol acheté 45 jours avant le départ m'a coûté 1692 THB (54 $). J'ai ensuite ajouté un repas de poulet au basilic (3.60 $), une franchise de bagage de 15kg (8.50 $) et un « hot seat » (siège qui offre plus d'espace - 11 $). Faites vous-même le calcul et vous verrez que ce n'est vraiment pas cher pour un vol de 2 heures. Bref, c'est une compagnie que j'ai trouvée très professionnelle et que je n'hésiterais pas à reprendre à nouveau.


Phuket

Lors de mes deux voyages précédents en Thaïlande, j'avais volontairement refusé d'y mettre les pieds sous prétexte que c'était un endroit ravagé par le tourisme de masse avec tous les désavantages que cela comporte. Or, cette année je me suis dit que je devais aller voir cette île surnommée « la Perle d'Andaman » et je fus agréablement surpris. Certes, durant la haute saison il y a énormément de touristes, mais c'est une très belle île et les plages sont très belles. Il est toutefois très important de bien choisir sa plage selon ses goûts et ses préférences. Pour ma part, j'ai trouvé la mienne, relativement agréable et décontractée. Pour en savoir davantage, je vous invite à lire ou relire mon récent billet que j'ai publié sur Phuket ici.

Mes suggestions :
  • la location d'un scooter ou d'un véhicule si vous désirez explorer l'île de façon indépendante
  • le restaurant Sweet Dreams à Kamala Beach (ambiance décontractée, bonne cuisine thaï)
  • évitez à tout prix Patong Beach si vous recherchez un peu de tranquillité et d'authenticité

J'ai séjourné 3 nuits au PapaCrab boutique guesthouse. Le lobby est très beau, calme et reposant (on y entre en franchissant un petit pont de bois qui chevauche un petit bassin d'eau). Les chambres sont modernes et très belles aussi, quoique petites et plutôt sombres. Situé sur la rue principale de Kamala Beach à deux pas de la plage.

J'ai aussi séjourné 1 nuit au Benjamin Resort situé directement en bord de mer. Un hôtel routard sans chichis à l'accueil sympathique. Les chambres sont très simples (voire rudimentaires) mais bien tenues. Demandez une chambre en hauteur pour la vue. Le petit-déjeuner buffet est servi à l'extérieur en bord de mer.


La plage de Kamala à Phuket - Photo Mario Dubé


De Phuket à Railay Beach

Depuis Phuket, j'ai rejoint Railay Beach par bateau en passant par l'île de Ko Phi Phi avec un arrêt de 2 heures. J'étais content à l'idée de revoir cette île que j'avais bien aimé il y a dix ans (avant le tsunami). Quelle déception ! Dès notre arrivée sur le quai, nous furent accueillis par une musique techno assourdissante. C'était bondé de monde et je ne reconnaissais plus les lieux. Oui, Ko Phi Phi a changé en dix ans. Désormais, ceux qui désirent faire la fête viennent ici, tandis que les autres vont ailleurs.


Railay Beach

Avec ses pitons spectaculaires, sa végétation luxuriante, ses colonies de singes, sa mer turquoise et l'absence de voiture, on se croirait sur une île perdue tout droit sortie de l'ère jurassique. J'étais venu ici il y a dix ans et j'étais tombé sous le charme. Fort heureusement, l'endroit n'a pas beaucoup changé hormis le fait que les prix ont terriblement augmenté (ainsi que la qualité et le confort de l'hébergement en général). La seule ombre qui plane sur cet endroit idyllique, ce sont ces déchets qui traînent ici et là dans la mangrove (à marée basse) et dont personne ne semble se soucier. Malgré tout, Railay Beach est toujours aussi envoûtante. Pour en savoir davantage, je vous invite à lire ou relire mon récent billet que j'ai publié sur Railay Beach ici.

J'ai séjourné 3 nuits au Anyavee Railay Resort dans l'un des jolis chalets en bois. La piscine est sublime. Toutefois, l'attitude exécrable des employés (très inhabituel en Thaïlande) et le manque d'entretien des lieux font en sorte que je ne recommande pas cet hôtel.

J'ai ensuite séjourné 2 nuits au Sunrise Tropical Resort. Un resort presque luxueux. Très bien, très grandes chambres, piscine et restaurant populaire sur place.

- Mise à jour -
Je suis retourné de nouveau à Railay Beach en février 2013, donc un an après avoir rédigé ce billet. J'ai séjourné une fois de plus au Sunrise Tropical Resort et je n'ai que des compliments à leur égard malgré la piscine qui commence à montrer des signes d'usure. Cet endroit est définitivement d'un excellent rapport qualité prix. Quant au Anyavee Railay Resort, l'endroit semblait beaucoup plus animé et sympathique que l'année précédente. Du nouveau mobilier ainsi que du personnel en plus grand nombre me laisse croire que la direction a remédié aux problèmes qui existaient lorsque j'y avais séjourné un an plus tôt.

La plage de Railay Beach - Photo Mario Dubé


La mangrove de Railay Beach - Photo Mario Dubé


Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à enregistrer un commentaire (cliquez sur le lien "commentaires" si le champs n'est pas visible) et à le partager à l'aide des boutons ci-bas.