29 février 2012

Une vie de moine au Laos

L'image de moines aux crânes rasés et drapés de robes orange est probablement celle qui me rappelle le plus mon voyage au Laos. Ceci est particulièrement vrai à Luang Prabang où les moines sont indissociables du paysage urbain.

Selon la tradition, tous les garçons laotiens sont censés être ordonnés moines au moins une fois dans leur vie, généralement pour une durée de trois mois après avoir terminé leurs études ou juste avant le mariage. Cela procure du mérite et de la fierté à la famille. Dans les faits, plusieurs évènements et circonstances peuvent influencer le moment choisi et la durée d'un tel engagement religieux. Par ailleurs, certains ne sont ordonnés moines que pour quelques jours seulement alors que d'autres le sont pour la vie.

Les moines vivent au vat (ou wat), le terme lao pour désigner un temple ou un monastère bouddhique. Chaque village ou quartier en possède un. La journée typique d'un moine est partagée entre les prières, les méditations, les travaux reliés à l'entretien et la réparation du vat, les études et les temps libres. Les moines ne prennent que deux repas par jour, un vers 7h00 et un autre vers 11h00, car il leur est interdit de manger après midi. Par ailleurs, les moines ne sont pas autorisés à travailler contre une rémunération et dépendent donc entièrement des dons de nourriture, de biens matériels et d'argent offerts par la population locale. Alors que ce geste est considéré comme méritoire pour les généreux donateurs, les moines se font un devoir de prier pour eux en retour.

À Luang Prabang, on compte plus d'un millier de moines et la ville possède un nombre impressionnant de vat concentrés sur une petite superficie. La plupart des moines sont jeunes (du moins ils le paraissent) et il y a même plusieurs enfants. Beaucoup d'entre eux proviennent de régions rurales et de familles très pauvres qui ne peuvent subvenir à leurs besoins. Pour eux, le fait d'être ordonné moine au sein d'un vat représente souvent la seule possibilité de recevoir une éducation et des soins appropriés.

À 4h00 tous les matins, les gongs des différents vat résonnent à travers la ville. C'est le moment où les moines se lèvent. Puis, vers 6h30 en hiver, alors que le soleil vient à peine de se lever et que la brume matinale ne s'est pas encore complètement dissipée, débute la collecte des aumônes. En langue lao, ce rituel se nomme tak bat. Cette impressionnante procession a lieu tous les matins à Luang Prabang. Dans le plus grand silence, des centaines de moines sortent de leur vat et marchent dans la rue, pieds nus et en file indienne, leur bol d'aumône porté en bandoulière, pour quêter leur ration quotidienne de riz collant. Des femmes pour la plupart, agenouillées par terre sur leur natte tout le long du parcours, vont ainsi déposer une boulette de riz collant dans chacun des bols d'aumône au passage. Il est également amusant de voir quelques chiens errants qui guettent le moindre grain de riz échappé par erreur. Un peu plus loin sur le parcours, j'ai été surpris de voir les rôles s'inverser, alors que des moines donnent des boulettes de riz à leur tour à de jeunes enfants pauvres agenouillés devant leur panier d'osier et les mains liées. Une belle démonstration de partage !

Un conseil : j'ai remarqué que les touristes se tiennent surtout le long de la rue principale (Th Sakkarin et Th Sisavangvong). En allant sur la petite rue parallèle (la prochaine que vous croiserez en allant vers le fleuve Mékong), vous aurez droit à la même scène mais avec beaucoup moins de touristes, et vivrez donc une expérience plus authentique !



La collecte des aumônes au petit matin dans une rue de Luang Prabang - PHOTO MARIO DUBÉ

Moines collectant les aumônes à Luang Prabang - PHOTO MARIO DUBÉ

Des moines à la fenêtre d'une école dans un vat à Luang Prabang - PHOTO MARIO DUBÉ

Un moine regardant une salle de classe dans un vat à Luang Prabang - PHOTO MARIO DUBÉ


Un bouddha au Vat Xieng Thong à Luang Prabang - PHOTO MARIO DUBÉ
 
Moines sur la rive du Mékong à Vientiane - PHOTO MARIO DUBÉ




Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager à l'aide des boutons ci-bas.